La table des matières d’un cocon – Cours 9 de sémantique SEO.

Quand nous réalisons un maillage interne ou un cocon, nous faisons en sorte que les pages s’aident mutuellement.

Mais, pour plusieurs raisons, il faut que toutes les pages “prises” dans un système de maillage aient une base de départ.

Nous appelons cela “initialisation”.

En effet, faute de cette initialisation, nous pourrions avoir de mauvaises surprises pouvant aller jusqu’à une forme d’inversion du “sens” du jus…

L’initialisation est ce petit quelque chose qui va être passé à chacune des pages, avec de la sémantique. C’est cette sémantique qui va venir ensuite s’amplifier. Ce n’est pas un menu qui pourrait faire cela. C’est véritablement important : aucun détail ne doit être laissé au hasard.

Soyez attentif à tout ce qui est dit ici.

Nous allons nous placer dans ce billet dans le cas du cocon sémantique. Toutefois ce type de page est aussi très intéressant dans le cas d’un système de maillage interne plus classique.

1) Une table des matières

Le meilleur mot pouvant décrire cette page est sans doute “table des matières”.
Mais nous allons y ajouter quelques raffinements.

Pour l’internaute, un cocon doit être un “dossier” qui va aborder des tas de sujets qui entourent sa démarche. Le contenu de ce dossier est un “contenu froid”.

Dès le début de cette table des matières, expliquons-lui ce qu’il va trouver, intéressons-le. Ne bâclons pas.
Pour mieux nous comprendre, pensez au type de textes que nous trouvons en 4e page de couverture d’un livre intéressant, voire dans son introduction.
Une bonne idée pourrait être une préface “signée” par un expert du domaine. Ce n’est pas obligatoire, mais cela peut s’avérer très performant (parfois surprenant surtout si l’expert est connu et autre que vous-même). Une petite entité nommée ici peut être également un plus si cela sonne juste…

Il va sans dire que ce texte va nous inspirer pour la H1 et le title de la page. De grâce, n’appelons pas cette page “plan” ou “dossier” tout court, ça sent vraiment celui qui n’en a rien à faire et c’est mauvais, même pour le SEO.

2) De la sémantique, pas juste des liens

Après ce paragraphe d’introduction, faisons la liste sans nous soucier de la pseudo-arborescence du cocon. Au contraire, essayons d’être cohérents en rassemblant les pages abordant des sujets voisins. Réalisons cela avec le maximum de bon sens même si nous savons que celui-ci n’a rien d’universel…

Chaque élément de la liste doit comprendre une H2 (avec une ou deux lexies déterminantes du metamot de la page derrière le lien), suivi d’un texte avec également quelques lexies du même metamot.

Le lien ne doit pas se trouver sur la H2 mais plutôt dans le paragraphe de description cité ci-avant, à peu près en son milieu. Ledit paragraphe devrait idéalement avoir quelques phrases et non pas 4 mots suivis de “lire la suite…” !!!
N’oublions pas d’utiliser les lexies déterminantes et intéressons l’internaute à ce que nous allons dire derrière le lien.
Et non, le lien n’a pas besoin d’avoir une ancre exacte car nous sommes en maillage interne.

N’hésitez pas à placer des images dans certains éléments de la liste si le parfum du metamot nous indique que Google les apprécie. Cette réflexion est également valable pour le contenu de la page du metamot lui-même, mais ça, je pense que vous l’aviez compris. 😉

Soignons cette page comme si notre vie en dépendait.

Comme d’habitude, fuyons les liens relatifs : utilisons seulement des liens absolus. Si nécessaire, utilisons des ancres URL pour les liens dédoublés.

3) Relier la table des matières

Faites un lien en footer vers celle-ci dans toutes les pages du site et n’hésitez pas à présenter le dossier dans le contenu même de la home page avec un texte incitatif au clic.
N’oublions pas que tous les liens que nous faisons doivent permettre à Google de faire une prédiction. Si nous oublions cela, peu de jus passera et nous l’aurons bien chercher.

La mise en ligne de cette page doit être faite en même temps que le reste du cocon, de façon synchrone.

N’oubliez pas que l’initialisation d’un cocon est importante dans la suite de ce qui se passera. Même si les erreurs peuvent être corrigées, les effets des corrections mettent du temps à agir. Parfois-même nous devons ajouter d’autres ingrédients pour redresser la barre. La raison en est toute simple : une modification est presque toujours suspecte du point de vue du moteur…

Si nous ajoutons un lien dans un contenu, par exemple, alors que la page est déjà indexée par Google, l’effet du lien sera le plus souvent moindre que si ledit lien avait été là dès le départ. C’est dur à entendre, mais c’est ainsi.

4) Conclusion

Pendant que j’y pense, les slides de ma conférence du seo-by-night 2018 sont disponibles ici.

Pour revenir au sujet de ce cours, vous seriez surpris d’apprendre le nombre de cocons sémantiques montés sans plan, sans table… C’est vraiment dommage, car nous n’avons plus aucun contrôle sur ce qui va se passer ensuite. L’ordre dans lequel le moteur trouve les pages est trop important pour négliger cette page. Vraiment.

Bonne SERP à tous 🙂


Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Commentaires (2)

  • Avatar

    Adrien

    |

    Salut Christian,

    Intéressant!

    Regrouper les articles par thématique…ok.

    J’ai structuré ma TDM un peu différemment. Vu que les liens en haut de page sont visités en premier, j’ai préféré mettre les liens des articles “bas niveau” en premier, et la page cible en dernier, pour justement orienter le jus dans le bon sens.

    Peux tu détailler “le lien n’a pas besoin d’avoir une ancre exacte car nous sommes en maillage interne.” ?

    Comme certains changements ont peu d’impact voire sont mal vus par Google, c’est de toute facon probablement peu utile de changer des ancres exactes a posteriori.

    Reply

    • Avatar

      Christian Méline

      |

      Bonjour Adrien,

      La question de l’ordre est personnelle et les liens en haut ou en bas seront à égalité, car l’objectif de cette page est d’être lue souvent… donc, les différences de valeurs selon les emplacements seront de toute façon en grande partie nivelées.

      Pour l’intitulé de lien en maillage interne, c’est l’intitulé du lien + les mots qui sont à proximité qui sert à la compréhension. Donc, ce n’est pas utile de viser juste un mot-clé comme ancre. Profitons-en pour parler français et de faire de vraies phrases !
      Cette remarque vaut aussi en netlinking, sauf que la “courbe de puissance” (selon la distance du lien) n’est pas la même et là l’ancre exacte a encore de l’intérêt (à utiliser avec une extrême modération)… Malgré tout, d’ici peu, les deux courbes devraient être les mêmes.

      Reply

Laisser un commentaire