MultiRadars pour audit concurrentiel des mots-clés dans les SERP

  • Victime de Penguin ?
  • Pas encore victime, mais vous voulez anticiper ?
  • Penguin on s’en fout, mais vous souhaitez choisir les meilleurs mots-clés dans une liste ?
  • Ou au contraire, vous voulez éviter le recours aux ancres exactes ? Donc, il faut choisir les mots-clés où le combat est raisonnable…
Ces situations se rencontrent beaucoup de nos jours en SEO, le référencement doit être plus fin qu’auparavant. La mort du référenceur bourrin est annoncée, qu’on se le dise !
Vive les référenceurs malins, leur avenir est radieux !

Mais quelle est cette arme redoutable exposée dans ce billet ?

1) Préalable

Ce billet sera limpide, j’ai fait bien attention à être compréhensible par tous.

Donc, pour ceux habituellement qui sont terrorisés par la lecture de mes billets, j’ai fait quelque chose cette fois-ci : on commence doucement, on bavarde un peu, puis on explique un peu aussi et on va monter graduellement… en espérant que vous ne serez pas endormis quand le plus important arrivera 😉

2) L’absence d’indicateur fiable (jusqu’à maintenant du moins) pour choisir ses mots-clés

Vous avez votre liste de mots-clés, c’est bien.
Vous avez leurs volumes de recherche, c’est bien aussi.
Mais comment faire pour choisir maintenant ceux sur lesquels on peut se placer sans trop d’effort ?

Dans les faits, vous faites plein de liens et pourtant votre site se traîne en fond des SERP. Pourquoi ?
Est-ce que vous y allez trop fort ? Ou au contraire, pas assez fort ?

Jusqu’ici, aucun indicateur clair n’existait pour savoir quel degré de compétition il y a sur chaque mot-clé dans les SERP. Sur la plupart des billets parlant de stratégie de mot-clé, la concurrence prise en considération est celle que l’on a via AdWords.

On fait avec ce que l’on a et n’attendez pas que Google vous dise combien il vous faut de liens sur un mot-clé pour espérer vous placer dessus… C’est vrai que les gars de Google ne collaborent pas des masses, ils pourraient faire un effort quand même ! 😉

Certes, pour certaines boutiques par exemple, on peut mesurer l’intérêt des concurrents sur AdWords via le CPC conjugué à la valeur de la note de concurrence donnée par Google, mais les SERP ne sont pas AdWords… Et encore moins avec le Penguin : il est probable que nombre d’acteurs se bagarrent maintenant sur AdWords parce que leurs sites se sont fait griller dans les SERP, la valeur prise dans AdWords n’a alors plus rien de commun globalement avec la compétition dans les SERP…

3) Ceci est une révolution !

Ben quoi ? Je « vends mon truc », je fais donc mon Job(s) ;-).

En plus, c’est vrai que je n’ai rien vu de « public » aujourd’hui sur le sujet. Peut-être Cognitive-SEO ? Mais pas vraiment, vu tout ce que je veux avoir comme point d’appui pour choisir mes mots-clés.
Par contre, ce que vous allez lire dans ce billet est une nouvelle partie cachée de ce que je vous avais présenté chez Laurent Bourrelly au mois de juin dernier.

Pour notre part, nous utilisons la mesure (exposée ici) de la concurrence depuis un bon moment (3 ans ?).
Au tout début, on se servait de l’API de ahrefs pour récupérer les données, mais, suite à de nombreux soucis avec leur API (exactitude des données plus que relative !), nous faisions cela « à la main » dans Majestic SEO et avec Excel.

Quand vous faites cela à la main, vous avez le temps d’être sûr que ce que vous récupérez sont vraiment les données les plus intéressantes !

Et puis, il y a quelques semaines, au hasard d’un mail, Dixon de Majestic SEO m’a proposé d’essayer leur API avec un abonnement Platinum offert pour quelque temps par la maison Majestic pour le besoin que j’avais (merci Dixon ! 😉
Il ne m’a pas fallu trop de temps pour faire quelques tests et accepter la proposition !

De là, j’ai repris mon logiciel fonctionnant pour ahrefs, intégré plein de nouvelles métriques (Penguin oblige) et ai donc réécrit mon logiciel « in-house » pour automatiser ce travail laborieux… fini Excel ! ouf !!

Donc maintenant, par rapport au Podcast, je peux partager avec vous des indicateurs qui vont bien au-delà du simple comptage des ancres exactes…

En plus de la collecte de données fournies par l’API de Majestic SEO, il y a quelques calculs « savants » dans le logiciel qui permet par exemple de séparer les jus des ancres exactes, celui des autres liens externes que reçoit une page et les jus propres de la page… Il y a aussi un recoupement entre les données Majestic SEO et celle des SERP. Ça, ce n’est pas en accès direct dans Majestic !

Sur la partie linking, en partant du principe que votre page cible n’a pas été optimisée approximativement, vous avez de quoi savoir :
  • si vous êtes déjà allé trop loin avec les ancres exactes,
  • si, au contraire, vous êtes loin du compte (ce n’est pas un encouragement au spam, hein ? 😉
  • s’il vous faut avoir d’autres ancres que celles que vous avez pressenties pour cette page (en dehors de la nécessité d’en avoir de nombreuses différentes pour l’ensemble du site),
  • si vos liens sont de qualité ou de merde (bip)… (avec mesure de ceux-ci, ça aussi, vous ne l’avez pas normalement),
  • s’il y a une présence de bagarre dans les SERP ? Ça aussi, cela peut se voir dans les graphiques…
Bref, un kit complet pour aller à l’attaque dans les SERP… ou pour, au contraire, se calmer !

Dans tous les cas, le référencement a évolué. N’écoutez pas les pseudo-référenceurs qui vous disent que le SEO est mort parce que, eux, n’arrivent pas à s’adapter (ils vendent de l’AdWords pour la plupart maintenant !). La nouvelle vie du SEO est seulement pour les bons référenceurs à présent, mais pour les bourrins, je confirme, c’est mort pour eux.

4) Contenu du Kit de survie pour la révolution

Tout d’abord, on ne fait plus un référencement naturel tout seul dans son coin sans s’occuper de ce que font les autres : c’est fini ce temps-là. À présent, on apprend à doser.
Dans certains cas, on laisse les autres se fracasser tout seul parce qu’ils sont trop offensifs. Vous, vous serez juste derrière et attendrez juste le temps qu’il faut pour qu’ils tombent sous le coup d’un Penguin.

Donc, aucune donnée n’est donnée sans être comparée au top des SERP et sur l’ensemble de la page 1, tant en jus pur, qu’en facteur de confiance.

Pour CHAQUE couple {mot-clé, page cible}, vous avez votre « page cible » vs « top SERP » vs « Page 1 » :
  1. Graphique BarreGraph : quantités brutes des liens avec ancres
  2. Graphique BarreGraph : quantités brutes des autres liens
  3. Graphique BarreGraph : % des quantités de liens avec ancre comparée à l’ensemble des liens
Et pour les plus à l’aise :
  1. Graphique Multi-Radar : flux des liens avec l’ancre exacte, flux des autres liens pointant sur la page positionnée, flux de la page elle-même
  2. Graphique Multi-Radar : qualité des liens sur l’ancre exacte et autres liens, et signal d’un combat dans les SERP
Par ailleurs : un csv avec données simplifiées permet d’avoir, au final, ce qu’il vous manquait pour composer le classeur « Excel SEO ».

5) Oui, mais que vais-je comprendre à tout ça, moi ?

Même si vous ne vous servez pas de tous les graphes, vous trouverez de quoi avancer en fonction de vos connaissances.
Même un annonceur peut trouver de la matière, par exemple en cas de changement de référenceur…

Le cas échéant, je peux aussi vous faire une analyse/interprétation en fonction de ce que l’on voit dans vos graphismes au cas par cas.

Dans tous les cas, je me ferai fort de vous expliquer ces graphismes jusqu’à tant que tout le monde puisse les comprendre. Si besoin, je rédigerai un billet spécifiquement sur ce sujet. Vous avez là une arme redoutable, cela serait dommage que vous passiez à côté, d’autant que vous ne l’aurez nulle part ailleurs !

6) On commence par les barreGraph



Oups, celui-là c’était un test… sorry 😉
aie…
confus…
gêné…
embarrassé…

 
« Bon, tu te décoinces-là ? »

Reprenons, les BarreGraph sont au nombre de 3.







Ces graphiques sont simples… je ne sais même pas si j’ai besoin d’expliquer quoi que ce soit, il suffit, je pense, de regarder les légendes… (j’avais dit lors du dernier billet qu’il y aurait du coloriage cette fois-ci ;).
Toutefois, si vous avez des questions sur ces 3 graphiques, posez-les dans les commentaires, il peut y avoir des questions auxquelles je n’ai pas pensé.

Les couleurs ont été approuvées par Le Juge à qui j’ai demandé son avis (j’avais choisi au départ des couleurs plus pétantes).

7) Multi-Radar des flux (pour les plus à l’aise)

« Multi-Radar des flux », ça sonne bien je trouve !



On a 6 axes à 0 h, 2 h, 4 h, 6 h, 8 h, 10 h.

Tous les axes ont la même valeur maximale. À l’œil, on voit si la page a davantage de jus que les liens qu’elle reçoit, on voit aussi s’il y a du jus sur d’autres liens que ceux qui portent les ancres exactes.

Quelques exemples d’objectifs :
  • Objectif pour les axes de Trust : être vraiment à l’extérieur des formes de la concurrence.
  • Objectif pour les axes de Citation : être plutôt à l’intérieur des formes des autres, mais pas trop 😉
Ce graphique peut donner un indice de risque de manchot (au besoin, j’explique au cas par cas).
On voit en un seul coup d’œil comment se situe votre page par rapport à votre concurrence.

8) Multi-Radar des qualités (toujours pour les plus à l’aise)



Là aussi, on a 6 axes 0 h, 2 h, 4 h, 6 h, 8 h, 10 h

C’est un graphique très important : c’est le graphique de qualité moyenne de VOS liens par rapport à la qualité des liens de votre concurrence.
Si vous avez un Netlinking de m… ça se verra sans doute ici !
De même, si vos concurrents ont 2 ans de retard sur leurs méthodes, vous le verrez aussi (pourvu que les pages aient des liens bien sûr 😉
À vous d’être mieux que les autres.

Note : il y a deux méthodes pour calculer la valeur des liens de la concurrence, pour les plus calés :

VMS = jus Majestic = CitationFlow ou TrustFlow
a = VMS de l’ensemble des liens d’un concurrent
b = le nombre de liens de ce même concurrent

VMS (1) = ∑a/∑b
VMS (2) = ∑(a/b)

La comparaison des deux moyennes permet de voir par exemple s’il y a un concurrent très agressif dans les SERP…

9) Oui, mais que vais-je comprendre à tout ça, moi ?

Je ne peux/ne veux pas mettre mon logiciel en circulation, mais je propose 3 formules (et peut-être d’autres selon les demandes) :
  • a) Les graphiques et datas, interprétation à votre charge. Cela peut vous être utile, par exemple, pour le choix de vos mots-clés, que cela soit pour les travailler ou pour choisir des pages qui n’ont pas besoin de trop de liens. Quelle qu’en soit la raison, cette formule est plutôt pour les agences ou référenceurs.
  • b) Les graphiques et datas et une interprétation/analyse générale ; offre pour tout le monde.
  • c) Idem que b), mais avec, en plus, une analyse détaillée des mots-clés les plus intéressants ; offre pour tout le monde.
En entrée, j’ai besoin des mots-clés et des pages cibles de chacun de ces mot-clés. Ensuite, je mouline cela pour vous 🙂

Qui en veut ?
 

Mots-clefs : ,

Commentaires (27)

  • Avatar

    Laurent

    |

    Wahoou Christian.
    Rien que les graphiques donnent envie, ne serait-ce que pour les proposer à ses supérieurs, afin de concocter un beau et bon dashboard !

    Comme le dit le mec de “Danse avec les stars” J’achète !

    Moi qui travaille avec MajesticSEO et qui doit me dépatouiller à faire “parler les chiffres”, là on est dans du tout cuit !

    Reply

  • Avatar

    Régis

    |

    Mouai, pas mal…

    je signe ou ?

    On aura un ordre d’idée du prix , que ce soit pour le Plan A, B ou C.

    Reply

    • Avatar

      Christian Méline

      |

      Je publies cela demain sur un page distincte du site; je ne souhaitais faire trop commercial dans celui-ci 😉

      Reply

  • Avatar

    Adifco

    |

    N’existant pas de limite d’optimisation “générique”, la meilleure façon de se prémunir est en effet, un peu d’empirisme (automatisé dans ce cas) appliqué au cas par cas. Merci Christian pour pointer dans cette direction, je vais jeter un coup d’œil du coté des APIs de Majestics (et de leur prix !)

    Reply

    • Avatar

      Christian Méline

      |

      là, tout est déjà intégré 😉

      Reply

  • Avatar

    Yakiseo

    |

    Christian, tout d’abord Bravo pour tout le travail abattu pour nous fournir ce tool.

    Est-ce que l’essayer c’est l’adopter ? Je trouve qu’on allie facilité de prise en main et résultat concret. Proposes-tu une offre à tiroir ? ou tout doit être pris ?

    Reply

    • Avatar

      Christian Méline

      |

      Il y a déjà les 3 possibilités diverses selon ta capacité d’analyse (et tes besoins).
      Bien sûr, la quantité de mots-clés joue son rôle.
      Je suis open à plein de choses, par exemple à une génération de rapport mensuel ou trimestriel, à voir.
      Il suffit d’en parler.

      Reply

  • Avatar

    Yann

    |

    Voilà qui ressemble bien à un nouvel outil de qualité à ajouter à la panoplie des SEO. Tu vas me dire, puisque le SEO est mort et enterré depuis belle lurette, à quoi bon ? Mais je pense que tu va sourire en coin en receptionnant des demandes de certains qui tirent sur le SEO (et le référencement basé sur le netlinking) à boulet rouge…

    Reply

    • Avatar

      Christian Méline

      |

      Oui je me m’amuse beaucoup, le dernier sur le JDN valait son poids en cacahouètes d’ailleurs… 😉

      Reply

  • Avatar

    Aurélien (Htitipi)

    |

    J’aime beaucoup ce billet. Complémentaire de mon dernier 😉
    Bravo.

    Reply

  • Avatar

    Christophe

    |

    Bravo pour ce Tool qui donne envie de l’avoir tout de suite 😉 Tu as du travailler un bon bout de temps.
    Moi aussi je serai intéressé, on aura une bonne vue avec ton outil couplé à d’autres. Je pense qu’il est indispensable d’en avoir plusieurs afin de bien affiner ce que l’on cherche.

    Reply

  • Avatar

    Marie

    |

    Si on part avec une base solide à savoir les mots-clés qui méritent du travail, tout passe dans le bon sens. C’est ce que cet outil le confère.

    Reply

  • Avatar

    giviz

    |

    Du coup tu ne prend pas vraiment en compte les métriques du domaine dans ces analyses mais c’est très centré sur celles de la page.

    Etant donné que les métriques du domaine jouent un role prépondérant dans le ranking d’une de ses pages, comment tu intègres cela ?

    Quand tu analyses les BL de la page, tu tiens peut être compte de ceux de son propre domaine ?

    Reply

    • Avatar

      Christian Méline

      |

      Indirectement si : par les valeurs sur les pages qui héritent de la valeur du domaine
      Cela étant, en cas de demande générale, je peux ajouter les valeurs du domaine, mais trop de données tue les données…

      Reply

  • Avatar

    Tubbydev

    |

    Le premier commentaire donne exactement ce pour quoi est fait ce genre d’outils: faire des beaux cpt rendus pour son chef.
    C’est bien beau de fabriquer de telles choses mais on oublie LE point important: le temps.
    Sur une heure à passer, mieux vaut avoir des outils simples, qu’on peut utiliser VITE, d’un coup d’oeil. Les systèmes déjà existants en extensions firefox notamment suffisent amplement.
    Sur la base de votre raisonnement “technique”, il me semble qu’il manque UN élément. QUand on a sa liste de mots clés, son champ lexical, il faudrait aussi avoir ses concurrents, ceux qui ont le même champ lexical ou qui du moins SONT bien référencés sur ce champ lexical. Cela veut dire que pour chacun des mots, il faut savoir qui est 1, qui est 2, qui est 3, qui est 4, etc.. et faire le total de tout ça sur l’ensemble des mots de la liste (1000, 2000, etc..). AU cas où on a un petit outil pour scrapper automatiquement Google et fournir à la fin le classement des sites les mieux référencés (on attribue 10 pts au 1 d’une requête, 9 pts au second, 8 pts au 3, etc.. discutable mais bon).

    Reply

    • Avatar

      Christian Méline

      |

      Je crois qu’il vous faut relire l’article 😉

      Reply

  • Avatar

    MickaelC

    |

    Bonjour Christian,
    Trés intéressant ton outil.
    Prend tu en compte les liens désavoués dans ton étude si on te fourni la liste?

    Reply

    • Avatar

      Christian Méline

      |

      Oui, avec un budget complémentaire 😉

      Reply

  • Avatar

    Christian Méline

    |

    Finalement, les tarifs ont été retirés de la page de demande de devis et déplacés sur une page spécifique accessible par le menu général.

    Le prochain billet aura pour thème : le mode d’emploi des MultiRadars.

    Reply

  • Avatar

    antoine SACCO

    |

    L’âge du domaine est-il inclus dans l’analyse effectuée? En effet, j’imagine qu’à positions égales, les recommandations ne seront pas les même pour un site ayant 10 ans et un autre de 3 mois non?

    Reply

  • Avatar

    Alexandre

    |

    Christian,

    Si je comprends bien tu t’appuies sur les données issues de Majestic SEO pour évaluer l’attractivité des mots clés ?

    Encore une question. Si au départ les mots clés fournis ne sont pas bien sélectionnés l’analyse ne servira à rien. Par exemple si dans ma liste je n’ai que les noms des marques (Adobe, Asus, Microsoft etc.) la conclusion de l’analyse ne sera pas pertinente

    Reply

    • Avatar

      Christian Méline

      |

      Le degré de compétition plutôt que l’attractivité.
      On peut donc compléter la jugeote du SEO dans sa présélection de mots-clés en mesurant la faisabilité mot-clé par mot-clé…

      Soit tu t’en sers justement pour choisir tes mots-clés, soit tu t’en sers pour vérifier où tu en es ou anticiper une sanction.

      Reply

  • Avatar

    Alexandre

    |

    Christian,

    Pourquoi le nombre de liens dans le BarGraph “blog seo” est plus élevé que celui dans “Tous les BL”. C’est plutôt le contraire ?

    Reply

    • Avatar

      Christian Méline

      |

      Ce n’est pas le même mot-clé.
      Tu as la même chose dans les MultiRdards où il y a “blog-seo” mélangé à du “blog referencement”

      Reply

    • Avatar

      Christian Méline

      |

      J’ai mis l’image correcte cette fois-ci 😉

      Reply

  • Avatar

    Nicolas

    |

    Bonjour Christian,
    Merci pour ton article et le partage d’informations sur ton outil. C’est très intéressant !
    Je pense que tu as pensé à tout, et ensuite ton talent à fait le reste. 🙂
    Un tel outil doit permettre au contraire de faire gagner du temps, pour peu que l’on ait en main tous les paramètres nécessaires pour l’analyse:
    mots clés
    concurrents
    pages à analyser
    Bien intéressé et excité à l’idée de pouvoir tester tout cela, après avoir vu les formules “Tarifs” ! 🙂

    Reply

  • Avatar

    Thierry Duquesne

    |

    Bonjour Christian,

    Cela fait longtemps que j’utilise Majestico j’avais pensé tout savoir en fait non…
    Heureusement, que tu as écris cet article

    Merci

    Reply

Laisser un commentaire