Stratégie de sémantique SEO – cours 1

Comme promis lors de mon billet précédent, nous allons nous attaquer à la stratégie sémantique SEO.

Selon le profil, la taille de votre site et les actions déjà entreprises, pour bien utiliser ses ressources, il est important de ne pas se tromper dans les priorités.

D’ailleurs, c’est souvent parce que certaines actions n’ont pas été faites dans le bon ordre que certains sites sont à la ramasse…

Je vais essayer de présenter cela de façon concise.

Le type étudié aujourd’hui :
– site ecommerce,
– environ 1000 pages produits (ou un peu plus),
– il a déjà reçu quelques liens naturels,
– il n’a pas vraiment de contenu dans le catalogue,
– il n’a pas reçu de pénalité,
– le site a souvent changé de référenceur, car les résultats n’étaient jamais satisfaisant…

1) Préalable

Les coûts de l’ecommerce sont trompeurs si vous imaginez qu’il suffit d’être sur internet pour que tout le monde se précipite pour venir sur votre site.
Cela revient au moins aussi cher qu’une boutique physique. La différence tient dans le coût pour se faire connaître. Par contre, le marché ne se limite pas géographiquement et le rendement peut devenir bien plus intéressant.

Le ticket d’entrée pour le SEO est obligatoirement élevé. En effet, la majeure partie de la concurrence fait du SEO depuis des années. Il vous faut donc en quelques mois faire autant de travail qu’eux en ont fait en plusieurs années.

Le tort de certains est de croire que, parce qu’ils ont un référenceur, ils ont un avantage déterminant sur les autres et que, forcément, avec 500 euros HT par mois, ils vont être en première page sur plusieurs mots-clés… Mais tous les ecommerçants font du SEO, du sea, ont une agence et mettent des sommes considérables pour se maintenir en bonne position. Donc, ce n’est pas avec des sommes dérisoires que vous allez manger tout cru amazon 😉

Fort heureusement, la sémantique vient rebattre en partie les cartes dans bien des domaines. Ceux qui arrivent sur le marché n’ont rien à perdre en pratiquant des méthodes nouvelles. Au contraire, ils peuvent prendre de l’avance, car l’efficacité des anciennes méthodes (netLinking) tend à perdre de l’importance (même si cela fonctionne encore). Or, tous les liens faits par vos concurrents contiennent bien peu de sémantique, voire pas du tout.

Du coup, pour une fois, il y a pour vous une fenêtre de tir qui ne durera pas des lustres. Durant cette période de grâce, tout le monde est plus ou moins à égalité, ou, du moins, la différence est moins forte qu’auparavant avec votre concurrence directe.

2) La première étape

Il va vous falloir vérifier si certains des défauts récurrents sont également présents sur votre site, car vous n’irez jamais bien loin avec des paniers percés 😉
Je vais en citer deux :

– Vous connaissez le nombre de catégories, sous-catégories et produits de votre site. Passez un coup de screamingfrog ou équivalent… Si vous avez beaucoup plus de pages que prévu, bienvenue dans le club très ouvert des victimes des filtres à facette. Les filtres à facette peuvent tuer un site et il est urgent de corriger :
  • les paramètres qui passent par l’url,
  • la multiplication des liens due au fait qu’à chaque filtre correspond un “a href ».
– Le deuxième problème le plus courant : les catégories avec 3 ou 4 liens vers chacun des produits. Des liens vers la page contact et autres, en haut, en bas, sur le côté…

Corrigez ces problèmes les plus courants en toute priorité.

3) La deuxième étape

Cette étape  peut être faite en même temps que la première.

Avec 1000 produits/pages, ne visez pas forcément un cocon sémantique. En effet, il y a beaucoup plus performant et moins cher. Pour les 2 ou 3 catégories phares de votre site marchand, montez des pages prismes. Il n’est pas possible d’en faire cinquante sur un site, mais il est possible d’en faire 2 ou 3 pour chaque catégorie importante de votre site.
C’est une technique propre et sans danger et terriblement efficace.

Les pages prismes, si calculées avec les metamots, vont gonfler énormément la puissance de vos catégories et leur donner une bonne visibilité. Selon où cela vous positionne dans les résultats de recherche, vous pouvez très facilement jouer sur les ancres d’urls pour augmenter la puissance, voire ajouter un prisme ou deux. C’est ajustable à souhait. C’est très très puissant. Par contre, si vous avez 100 pages sur votre ecommerce, ce sera sans effet notable. Si vous en avez plus de 20 000, vous ne pourrez pas en faire pour chaque catégorie et il y aura d’autres solutions.

Vous trouverez comment réaliser ces pages ici et .

En principe, mais c’est difficile à prédire précisément, pour beaucoup de sites, les effets commencent à venir un mois après l’implémentation, mais il n’y a pas de règle, seul GG décide !

4) Conclusion

Il n’y a pas de bonnes méthodes en toutes circonstances. Il y a, par contre, des méthodes plus efficaces que d’autres selon la typologie de votre site. Par ailleurs, le dimensionnement compte beaucoup en SEO. Pour pouvoir juger assurément de l’efficacité d’une méthode, il faut l’avoir correctement dimensionnée. À une époque, j’entendais des clients dire que les liens ne marchaient pas. En effet, ils en avaient fait 3 ou 4 et là, c’était mini 10 à 50 fois plus qu’il fallait en mettre dans leurs cas (et à l’époque)…

Par conséquent, il faut la méthode qui va avec votre site, au bon moment, l’augmenter doucement jusqu’à temps d’être là où vous voulez être.

Bien sûr, tôt ou tard, il faudra songer à mettre aussi du contenu dans vos produits phares, mais surtout pas celui fourni par vos fournisseurs de produits !

Éventuellement, faire un zeste de netlinking “réellement” sémantique, mais ça vient seulement quand le site est nickel et sémantiquement parfait, jamais avant !

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Commentaires (4)

  • Avatar

    Prime

    |

    Quel est votre solution pour la gestion des filtres à facette ? Comment corriger les différents “a href” ?

    Reply

    • Avatar

      Christian Méline

      |

      Par exemple :
      Un liste de checkbox dans un form, ça ne fait qu’un seul “lien” vers la page où on se trouve déjà et parfois il arrive que GG les ignore.
      Passer les paramètres en POST et non pas en GET pour que cela ne modifie pas l’url.

      Reply

  • Avatar

    Mathias

    |

    Dans l’étape 2, quelles solutions pour un site de 100/200 pages justement ?

    Reply

    • Avatar

      Christian Méline

      |

      Il faut patienter un tout petit peu pour avoir un billet spécifique à cette taille de site marchand, car les choses ne sont pas les mêmes…

      Reply

Laisser un commentaire