MultiRadars, le mode d’emploi !

Après le billet de la semaine dernière, qui semble en avoir secoué quelques-uns, ce serait bien que l’on explique maintenant comment ça marche ces MultiRadars !

En effet, plusieurs SEO se sont précipités pour avoir leurs PDF avec tous les graphismes, mais j’imagine que certains ont dû mettre un moment à comprendre les figures produites et comment les exploiter au mieux…

Imaginez alors un client qui reçoit les figures que l’on va prendre en exemple ici sans explication…
L’idée n’est pas de pousser les annonceurs au suicide, mais plutôt de leur apporter des réponses claires.

1) Préalable

L’ensemble des MultiRadars repose sur des données Majestic SEO et sur des calculs faits dessus. Donc, faire un rappel sur le CitationFlow et le TrustFlow me semble indispensable avant de rentrer dans le vif du sujet.

Quand un lien part d’une page A vers une page B, la page A envoie un peu de « jus » à la page B. Pour autant, cela ne veut pas dire que la page A perd du jus quand elle en passe à la page B, il ne s’agit pas du tout de vases communicants.

L’ensemble des jus reçus par une page B via plein d’autres pages A forment un jus de plus en plus important selon, d’une part, le jus de départ des différentes pages A et selon, d’autre part, la fraction de ces jus qui est effectivement transmise.

Ce jus est appelé le PageRank chez Google (le PageRank réel, pas celui communiqué par Google). Chez Majestic SEO, ce jus se nomme le CitationFlow.

Comme Majestic SEO s’est employé à avoir des résultats proches de ceux des différents moteurs (car tous les moteurs utilisent une forme de PageRank), une fonction de transfert permet de passer, avec quelques approximations, du PageRank réel au CitationFlow et inversement. Les approximations viennent notamment du fait que Majestic SEO utilise ses propres crawlers et le passage de ceux-ci sur les pages et liens est indépendant de ceux de Google et qu’un site sanctionné par Google ne l’est pas chez Majestic SEO, au niveau du CitationFlow du moins.

Donc, plus une page reçoit de liens et que ceux-ci sont avec un jus élevé, plus cette page a de jus, de PageRank et de CitationFlow.

Mais les liens entre pages ne sont pas tout… Un autre aspect important, d’un site ou d’une page, va être la confiance que l’on peut lui accorder.

Un peu comme avec les gens : quand les hommes politiques vous parlent, la confiance que vous attribuez à leur propos sera très faible, alors que celle d’un de vos proches aura plus de certitude, car vous ne craindrez pas d’être roulé (enfin, je l’espère pour vous ;-)).

Notez que la mesure d’une confiance a un seuil maximum, celui de la confiance aveugle et totale, mais que cette confiance pourra être réévaluée en fonction des tromperies dont vous êtes la victime.

À chaque lien, une note de confiance est associée au jus envoyé par le lien.

L’ensemble des notes de confiance forme également un flux.
Ce flux se nomme le TrustFlow chez Majestic SEO.

En pratique, comme les sites peuvent aussi bien avoir un seul lien entrant que des millions, les mesures sont données de façon logarithmique.
Par exemple, 34 est 10 fois supérieur à 24 et 44 est 100 fois plus élevé que 24.
Pour autant, un facteur de 3 n’est pas donné par une différence de 3. Il faut passer par les log en base 10 pour apprécier ces échelles.

Peu importe ici les valeurs équivalentes, notez juste que, plus une valeur est élevée, plus elle est tassée, afin que l’on puisse les représenter sur des graphiques.

2) Rapports TrustFlow / CitationFlow

Clairement, un site, une page, un lien qui a un CitationFlow avec un écart de 20 (en +) d’avec le TrustFlow a un vrai problème : cela fait quand même un écart d’un facteur de 100 ! CitationFlow de 40 avec un TrustFlow de 20, c’est nul !

Mais quel rapport faut-il alors entre les deux notes ?

a) Rapport absolu :

L’idéal est d’avoir ici au moins autant de TrustFlow que de CitationFlow. Par exemple, notre annuaire (ociwen.com) a un CitationFlow de 50 et un TrustFlow de 52 (au jour de la rédaction de ce billet), ce qui fait un écart réel de +58 % de Trust par rapport au CitationFlow (log de 10).

Si vous aviez beaucoup de liens comme cela, vos pages finiraient par avoir plus de TrustFlow que de CitationFlow, mais des valeurs élevées de TrustFlow sont rares, sans doute parce que le référencement est surnaturel…

Donc, il est bien compliqué de maintenir son TrustFlow au-dessus du CitationFlow, ce d’autant que les liens sitewide dévalorisent le TrustFlow… Pour bien des cas, on va donc fixer un rapport de 0,8… ce n’est pas le Pérou, mais bon, on fait ce qu’on peut.

b) Rapport relatif :

Il faut bien comprendre qu’en fait, ce qui est vrai en théorie ne l’est pas forcément en pratique.
En pratique, en effet, vos liens seront jugés en fonction de ceux de votre concurrence dans les SERP.

C’est pour cela que les MultiRadars comparent votre page à celles des autres dans les SERP, car le danger vient d’être « pire » que les autres. Si tout le monde est très bas, Google sera plus flexible que si les autres sont bien meilleurs que vous (du moins aujourd’hui).

L’exagération de liens est donc toute relative : si vous avez 500.000 liens vers une seule page alors que vos compagnons de première page n’en ont que 500, il est probable qu’un jour vous vous preniez une claque. Par contre, si tout le monde se bat (et si c’est logique avec le volume de recherche du mot-clé concerné) avec 500.000 liens vers une seule page sur la même ancre, peut-être que ça passera… (enfin, ça fait sacrément beaucoup quand même ! ;-))

Donc, la vérité se situe entre les deux : essayer d’être beau absolument et si ce n’est pas possible, essayer d’être plus beau que les concurrents directs, mot-clé par mot-clé, serp par serp, page par page.

C’est donc là que les MultiRadars prennent toute leur importance car ils intègrent votre concurrence dans les données.

Les MultiRadars vous guident dans vos choix.

3) Que compare-t-on dans les MultiRadars

En premier lieu, il est fait un rapprochement entre les meilleurs résultats sur les moteurs et les caractéristiques des pages qui se sont positionnées. Les résultats sur les moteurs sont filtrés pour ne pas tenir compte des incontournables, comme Wikipedia par exemple.

Si votre page se trouve dans les résultats, elle en est retirée pour les calculs (cela n’a pas trop de sens de se comparer à soi-même !).

D’autres filtrages sont effectués pour éviter le bruit.

Ensuite, ce que l’on trouve :
  • Le top SERP, c’est une moyenne des x meilleurs résultats après filtrage de la SERP (Wikipedia par exemple n’a pas d’intérêt dans notre cas, ça fausse tout).
  • La page 1, c’est une moyenne là aussi, plutôt de la première page, mais filtrée donc.
  • La page testée : votre page, celle qui est comparée au reste.
Note : quand on fait une moyenne de plusieurs jus, par exemple 50 + 21 + 32, on ne fait pas la moyenne de ces nombres tels quels, mais on recalcule les flux moyens…

4) Les axes du MultiRadar des Flux

Le premier des deux MultiRadars, modèle horaire, traite des flux, donc :
  1. À 0h, le trustFow de la page, celle qui est dans les SERP, ou la vôtre. C’est le TrustFlow total de la page, via ses liens internes et ses liens externes. D’une certaine façon, c’est la valeur de la page du point de vue de la confiance acquise.
  2. À 2h, idem, mais avec la CitationFlow. Cela devrait correspondre après transformation au PageRank de la page.
  3. À 4h, on a le TrustFlow de l’ensemble des liens avec l’ancre exacte.
  4. À 6h, idem, mais avec le CitationFlow de l’ensemble des liens avec l’ancre exacte.
  5. À 8h, le TrustFlow de l’ensemble des liens, y compris ceux avec l’ancre exacte, mais pas seulement. Cela comprend aussi les éventuelles redirections 301. Cela ne comprend pas les liens provenant du site lui-même.
  6. À 10h, idem ci-dessus, mais avec le CitationFlow.

5) Les axes du MultiRadar des Qualités

C’est le deuxième des MultiRadars.
Là, on donne les indications sur un lien, c’est donc la qualité moyenne PAR lien.
Autant dire que la qualité du Netlinking impacte directement les résultats ici !!
  1. À 0h, le trustFlow pour un lien moyen sur les liens avec ancre exacte.
  2. À 2h, idem, mais avec le CitationFlow.
  3. À 4h, on a le TrustFlow par lien avec la méthode (1) de calcul de la moyenne.
  4. À 6h, idem, mais avec le CitationFlow.
  5. À 8h, on a le TrustFlow par lien avec la méthode (2) de calcul de la moyenne.
  6. À 10h, idem, mais avec le CitationFlow.
Les méthodes (1) et (2) ne sont pas identiques.
Prenons l’exemple des résultats en page 1 : pour la méthode (1), on va considérer l’ensemble des sites comme un seul site, ceci permettant de dégager une valeur moyenne des liens de la première page. Pour la méthode (2), au contraire, on va calculer la moyenne des liens de chaque résultat de recherche. Ensuite, on calcule la moyenne sur l’ensemble des résultats.

Les deux méthodes offrent des signaux différents…

6) Exemples d’interprétation du MultiRadar

Nous ferons peut-être un autre billet sur une étude de cas complète, on verra.

Pour le moment, on va juste en examiner quelques-uns avec un bref commentaire à chaque fois, mais je ne vous dis pas exactement comment je le vois : à vous de trouver !
Vous pouvez aussi vous hasarder à quelques appréciations venant de vous…

Note : Sur chaque MultiRadar, on pourrait faire plusieurs commentaires et pas un seul, par ailleurs, les mots-clés sont cachés.




Suis-je donc le seul à travailler cette ancre ?
Hum, je vais me faire repérer moi si j’en mets de trop…




Ça va être dur, les pages de mes concurrents sont plus trustées que la mienne et pas qu’un peu.
Peut-être que l’on pourrait commencer par améliorer le maillage interne si mon domaine a du jus par ailleurs ?
Ensuite, on pourra passer aux liens avec ancres exactes, on a un peu de marge ici.




Y’a quelqu’un ?




Tiens, le haut de la SERP travaille plus fort le CitationFlow que l’ensemble de la page, mais plafonne sur les TrustFlow.
Il faut que cela m’inspire pour mon NetLinking…




Faudrait quand même que je m’y mette (sur tout, autorité et NetLinking) !
Là, je suis nulle part…
Attention au volume de liens avec l’ancre exacte, la limite n’est pas très éloignée.




A priori, ce n’est pas ce mot-clé-là qui est travaillé par la concurrence et pourtant ils sont bien placés…
Opportunité pour moi ou suicide ?
Il faut que je creuse ça car ils ont plus d’autorité sur leur page que moi…




Je suis à la ramasse moi sur le trust de mes liens avec cette ancre là, il faudrait que je trouve de meilleurs spots !
Là, je vais dans le mur… tout mon NetLinking sur cette page est à mettre à la poubelle…




Il faut que je songe à mettre des liens quand même…




Là, il y a un truc, il faut que je regarde mes autres graphes…




Clairement, je force beaucoup trop sur cette ancre et mes liens ne sont pas terribles…
Inquiétant : les autres n’ont pas eu besoin de mettre des liens avec ancres exactes.




Apparemment, il faut plutôt bosser la qualité de la page ici que les ancres et les liens !




C’est quoi ce mot-clé ?
J’ai du me tromper quelque part…

7) Conclusion

Bon, tout le monde a compris le principe ?
Un seul coup d’œil et hop, on sait dans quelle direction aller !

Aimez-vous les MultiRadars ?

 

Mots-clefs : , ,

Commentaires (27)

  • Avatar

    Jeromeweb

    |

    Comme d’hab je prends un doliprane, je bookmark et je reviens lire demain 🙂

    Reply

  • Avatar

    Sgarciet

    |

    Bonjour,
    Je découvre votre site avec grand intérêt. Idem, je vais mettre quelques jours à digérer. Un grand merci pour ce travail !

    Reply

  • Avatar

    Nico

    |

    Bravo il de quoi se prendre la tête avec ce nouveau billet !!

    Petite question : Lorsque je check mon trustflow / citationflow avec et sans les www je ne trouve pas la même valeur. Comment expliquer ça?

    Reply

    • Avatar

      Christian Méline

      |

      normal, les urls sont différentes 😉

      Reply

      • Avatar

        Nico

        |

        Oui tout bête mais quelle url dois je prendre?

        J’ai remarqué que bien souvent le sans WWW donne plus de résultats au niveau du nombre de BL. Par contre le trustflow/citationflow est plus fort avec le http://WWW...

        Que dois-je en déduire?

        Reply

        • Avatar

          Christian Méline

          |

          Prends celle qui remonte dans GG.

          Note, il y a une modification dans le tableur Excel à fournir :
          colonne 1 : la requête ciblée
          colonne 2 : l’ancre ciblée
          colonne 3 : l’URL de a page ciblée

          Un billet est en préparation, car j’ai ajouté d’autres données sympas avec les graphiques, comme une liste de mots-clés travaillés (autres ancres) par les concurrents positionnés sur les requêtes fournies…

          Reply

  • Avatar

    Régis

    |

    Question bête, c’est ma spécialité, un lien sitewide est-il forcément négatif pour le trustflow ?

    Sinon, excellent article. Sincèrement, il est difficile de na pas comprendre en y mettant du sien. Même si on est pas tous capables de mettre en place le calcul, l’utilisation du résultat n’apparaît pas très compliqué à première vue. Les exemples sont (volontairement) caricaturaux, après il faut voir avec un cas un peu plus torturé si je m’y retrouve toujours.

    Reply

    • Avatar

      Christian Méline

      |

      Oui, un lien sitewide est forcément moins bon que si tous ces liens étaient posés sur des sites différents de même CF/TF.
      Mais si le site référent n’est pas très volumineux et que par ailleurs tu as beaucoup d’autres sites et liens référents, sans ce problème s’entend, vers ta page, tu ne t’en aperçois pas.
      Par contre, essaye 1 seul domaine référent et 2000 liens et tu vas le sentir sérieusement !
      En général, un rapport de 2 ou 3 est bien quand on parle du rapport (nombre de liens)/(nombre d’IP). Certains référenceurs tentent d’atteindre le rapport de 1,1 au global.

      Reply

  • Avatar

    Régis

    |

    Merci, réponse même plus précise qu’attendu !

    Reply

  • Avatar

    cyril benichou

    |

    “a un CitationFlow de 50 et un TrustFlow de 52 (au jour de la rédaction de ce billet), ce qui fait un écart réel de +58 % de Trust par rapport au CitationFlow (log de 10)”

    une traduction monsieur Meline?

    merci

    Reply

  • Avatar

    Baptiste

    |

    Jeromeweb à 23 h 52 min ont se couche. Ou on lit pendant ses heures de travail le lendemain.

    Reply

  • Avatar

    Johnny

    |

    Bonjour Christian,

    Mes félicitations pour vos recherches qui sont fortes intéressantes.

    J’ai une question à propos de la BDD que vous sollicitez pour vos travaux.
    Si je comprends bien vous utilisez MAJESTIC SEO plutôt que SEOmoz ou encore AHREF car le CitationFlow et d’après vous plus proche du PageRank ?
    En d’autres termes, est-ce que selon vous, la BDD de MAJESTIC SEO est celle qui s’apparente le plus à la BDD Google ?

    Je vous remercie d’avance pour votre réponse.

    Reply

    • Avatar

      Christian Méline

      |

      Concernant MajesticSEO, c’est en tous les cas la plus grosse DataBase de liens au monde, hors moteurs de recherche bien sûr…
      La différence fondamentale avec ahref (et peut-être aussi avec SEOMoz) est que Majestic SEO s’interdit de scrapper GG, ils ont leur propres crawlers (et de super-deals avec des universités, ça aide 😉
      Leur puissance de feu est considérable, vraiment considérable…

      Note 1 : je n’aime pas ahref, la mentalité des gens de cette boite pose problème et leur api n’est pas au niveau de celle de Majestic SEO.
      Note 2 : seomoz aurait été pas mal s’ils s’intéressait davantage au web français.

      Reply

  • Avatar

    Quentin

    |

    Honnêtement, c’est toi qui m’a initié au TF/CF, et maintenant je ne regarde que ça. C’est encore mieux que le PR parce qu’on peut le voir bouger “en direct”.

    Sinon ton billet est sympa. Pas trop technique cette fois-ci, et donne des pistes 🙂 Ton outil semble être énorme et facilitera probablement les choses pour beaucoup.

    Reply

  • Avatar

    Régis

    |

    C’est encore moi… quand j’ai une question bête, je viens ici, c’est mon petit rituel.

    Pour toutes ces valeurs de citation flow et de trust flow, aussi bien dans cet article que celui de l’Arithmétiques sur les liens et le PageRank d’ailleurs, tu utilises le fresh index ou l’historic ?

    PS : si tu veux, je repasserai ici pour toutes mes questions bêtes, tu pourras en faire un e-book (avec les réponses bien sûre).

    Reply

    • Avatar

      Christian Méline

      |

      hi Régis,

      Le Fresh index. Depuis qu’il est passé sur 90 jours, c’est vraiment impeccable.

      Pour répondre à ton PS : on pourrait aussi faire un billet étrange “style aucun sujet, posez juste vos questions… ” ça pourrait être drôle 😉

      Reply

  • Avatar

    rédaction web

    |

    Ah tiens! Voilà une très bonne recherche bien approfondie.
    Il fera travailler plus d’une tête c’est sûr!
    En tout cas, la notion de multiRadars est assez récente je crois!

    Reply

  • Avatar

    aston

    |

    Merci pour ce billet Christian,
    il complète très bien le premier sur les multiradars; pour le cas d’école à venir ça serait intéressant d’avoir une analyse à t puis action et enfin ré-analyse à t+1; on verrait ainsi l’effet concret du multiradar.

    Sinon, j’ai regardé un peu les ratios Liens / IP (il y a presque un contre exemple sur “référencement”) et je ne suis pas sûr de comprendre l’intérêt.
    Par exemple, si on a un partenaire ou si un blog est fan de nous et qu’il a un super Trust sur ses pages; pourquoi devrions nous lui demander de limiter le nombre de pages de ce site qui feraient des références/liens vers nous ?

    Reply

  • Avatar

    Sejourning

    |

    C’est très intéressant ce concept de multiradars, je penses que ta réflexion est tout à fait juste. Mais il ne faut pas oublié que Google est assez tordu, ta démonstration pourrait se trouver juste comme tout à fait fausse. J’ai découvert tes articles grâce à un autre blog qui parlait justement de ton article. Je vais t’avouer que je n’ai pas tout compris de ton article mais dans l’ensemble tes graphiques sont tout à fait logiques!
    Je te remercie de partager tes réflexions avec nous!

    Reply

    • Avatar

      Christian Méline

      |

      GG n’est pas si tordu que cela en fait… 😉
      merci d’avoir apprécié l’article.

      Reply

  • Avatar

    Anonyme

    |

    Je trouve le blog très bien fait, et j’aime l’approche mathématique qui fait souvent défaut à nombres de personnes se disant “référenceur”. Par contre le lien vers l’annuaire soi-disant de qualité, ociwen, qui reçoit une grosse redirection d’un nom de domaine expiré, n’inspire pas confiance et c’est clairement une technique que je n’utilise plus depuis des années car trop risquée, en plus quand le nouveau site n’a rien à voir avec l’ancienne thématique. Qu’en dites vous?

    Reply

    • Avatar

      Christian Méline

      |

      Ce ndd pèse peu, et 110 fois moins qu’un autre qui est 100% dans la thématique.

      Reply

    • Avatar

      Christian Méline

      |

      En principe, je ne réponds pas aux anonymes 😉
      En soi, les redirections 301 ne sont pas une technique BH ou WH ; elles ne sont pas classifiées par GG et font partie de l’histoire du web.
      Les 302 sont BH par contre en certains cas, mais il n’y en a pas ici.
      Ensuite, un annuaire n’a pas une seule thématique, mais plusieurs. Les choses sont donc à considérer sous un autre angle de ce point de vue.
      Par ailleurs, ociwen est un très vieux domaine qui n’a jamais changé de propriétaire.
      J’ai fait un billet sur la reprise de nom de domaine, y compris sous l’angle “moral”; je vous invite à aller en faire lecture et éventuellement à commenter, mais pas de façon anonyme.

      Reply

  • Avatar

    Vincent Bedu

    |

    Merci pour ce billet très approfondis. Pas mal d’approches très importante ont été abordée pour une démarche SEO de qualité. Super aussi ces explication sur le multiradar

    Reply

  • Avatar

    e-sublet

    |

    Google prend t-il en compte le trust flow et le citation flow dans le calcul de son ranking ? Hummingbird a t-il changé cela ?

    Reply

    • Avatar

      Christian Méline

      |

      Majestic SEO tente de reproduire au plus près les valeurs qu’utilise Google. Google utilise en outre les aspects thématiques.
      Hummingbird n’intervient pas dans l’algo de positionnement.

      Reply

Laisser un commentaire