Eurêka trouve vos sujets de blog et pages pour vous

Je vous l’avais annoncé lors d’un précédent billet et Eurêka est (enfin !!) disponible.

Que de soucis pour que cela fonctionne bien…

L’expérience des demandes directes nous a appris ce qu’il fallait s’attendre à avoir comme “expressions ” de départ et qu’en fait, tout le monde n’est pas “branché” de la même manière.

Aujourd’hui nous avons corrigé les faiblesses du système qui est devenu solide, même devant des demandes qui nous semblaient “loufoques”…
 Par ailleurs, nous avons également intégré l’anglais qui a des règles de grammaire quelque peu différentes du français…

Il faut dire aussi que son fonctionnement est particulier : c’est Eureka qui imagine des sujets et c’est seulement après qu’il vérifie que lesdits sujets seront compris par les moteurs… on est aux antipodes d’un système brutal.

Maintenant je vous explique, brièvement, comment fonctionne le logiciel, car vous trouverez Eurêka sur cocon.se à plusieurs étages…

1) Présentation des modes

Il existe 4 modes de fonctionnement d’Eurêka :
  • Le mode “Rapide” pour vérifier si le mot-clé auquel vous pensez donne des sujets intéressants et vérifier aussi que ledit mot-clé n’est pas généraliste.
  • Le mode “Normal”* pour trouver le plus de sujets possible qui ressemblent à de vraies phrases (verbe le plus souvent obligatoire).
  • Le mode “Intertitre” qui est intégré dans “optimisation” de la section “Métamots”. Il s’agit d’un mode très rapide qui donne souvent une foultitude d’idées de rédaction.
  • Le mode “Profond” que nous utilisons, nous, sur les cas difficiles et uniquement sur devis.
* En général, le mode “Normal” trouve entre 2 et 5 fois plus de sujets que le mode Rapide.

2) Comment accéder aux différents modes

Connectez-vous à votre compte sur self.cocon.se, dans le menu de gauche. Sous l’accès pour vos rédacteurs, vous avez l’accès à Eurêka.

a) Pour accéder au mode “rapide”, cliquez sur… allez, devinez ? Oui, sur Eurêka rapide !

Donnez un nom à votre recherche, car cela vous permettra de la retrouver ensuite sur votre compte.
Choisissez votre langue et votre pays cible, et entrez ensuite votre expression (voir plus bas où je vous donne les règles sur les expressions).
Commencez toujours par une recherche rapide, cela vous permettra de vérifier que votre expression tient la route. 😉


b) Pour accéder au mode “normal” cliquez sur “Commande Eurêka”


C’est comme pour le mode rapide, sauf que vous pouvez entrer jusqu’à 5 expressions-clés en même temps.

Le logiciel gère les pluriels et les genres, de même que les conjugaisons… mais laissez Eurêka trouver lui-même les bons verbes. En principe, il fait ça très bien. Il en va de même pour les adjectifs, il va les trouver tout seul… en principe, seuls les noms communs sont nécessaires (ou noms propres ou noms de marques).

c) Pour le mode “intertitre”, là, c’est un peu différent, car l’objectif, ici, est surtout de tenter de vous trouver des idées de sous-sujets par rapport à l’expression portée par un metamot déjà calculé…


S’il n’y a pas de résultat, c’est souvent que votre expression comprend trop de contraintes (3 mots ou + une fois retirés les stopwords). Notez que ce mode a été pensé pour compléter des sujets déjà proposés par Eurêka (cela ne garantit pas son fonctionnement, mais ça aide beaucoup).
Statistiquement, sur différents lots de metamots calculés par vous, il échoue dans 20% des cas et dans 60 % des cas, vous croulez sous les sous-sujets…

Là, il faut aller dans un de vos packs de metamots calculés après le 30 septembre 2017 (date du billet sur Eurêka précédent).
Allez dans “optimisations” et regardez le vilain bouton orange… Cliquez dessus et après quelques minutes, selon la file d’attente et la taille de votre lot, vous aurez dans les pages d’optimisation de la rédaction de chaque page, sous la zone de rédaction du contenu, des idées si Eurêka vous en a trouvées…

Au passage, dans cette partie, aux metamots ont étés ajoutés dans des onglets des cooccurrences et mots ennemis…

d) Pour le mode “profond”, il faut demander un devis, car Eurêka peut, par exemple, aller chercher dans les villes, etc., et là, les demandes n’auront jamais les mêmes paramètres.

Pour info, voici la config des modes précédents sur ce qu’il évite ou pas, mais pas sur ce qu’il est capable d’éviter ou de trouver :


Désolé, mais je ne vous dis pas tout, vous me connaissez 😉 )

Pour chacun des modes Rapide et Normal nous vous donnons en sortie :
  • Les différents sujets si possible regroupés par sens proche.
  • L’univers de votre expression, il y aura peut-être dedans de quoi compléter vos expressions de départ en cas de besoin.
  • Un export de ce qui précède + l’ensemble des sujets trouvés sans regroupement, le tout en version texte dans une archive compressée.
  • L’archivage de votre projet.

3) On passe à la suite : en pratique, “comment qu’est-ce qu’on fait-on” ?

Votre mot-clé ou expression-clé de base est au cœur du fonctionnement puisque chaque sujet généré devra les inclure.

=> Donc, si votre expression de mot-clé de base a plusieurs sens, vous obtiendrez des sujets pour la plupart de ces sens… Vous devrez donc bien réfléchir à ce que vous soumettez à l’outil.

Exemple, vous tapez “bague” dans Eurêka en espérant que le logiciel va comprendre que vous êtes bijoutier, il ne pourra pas le savoir.
Si je regarde dans Antidote (Logiciel édité par Druide), voici ce que j’obtiens :

Anneau que l’on met au doigt. Porter une bague au doigt. Mettre, enfiler une bague. Une bague de fiançailles, de mariage.

Mais aussi :
Objet qui a la forme d’anneau.
Zoologie – Anneau que l’on met à la patte d’un oiseau pour pouvoir l’identifier et étudier ses déplacements.
Architecture – Moulure horizontale et circulaire d’une colonne.
Marine – Anneau de fer, de bois ou de cordage destiné à divers usages.
Technique – Anneau qui assure la fixation, le serrage, la lubrification, habituellement autour d’un axe. Bague de serrage.

Donc, ne vous contentez pas de demander pour bague, mais demander pour bague de fiançailles, bague en argent, bague pour femme, etc.. Ou alors, ne tapez que “bague”, mais vous aurez un sacré tri à faire ensuite !!
À vous de voir 😉

=> Dès son initialisation, le logiciel retire les stopwords de vos expressions, c.-à-d. alphabet, conjonctions, déterminants, interjections, prépositions, pronoms, ponctuations, nombres.
Il peut donc y avoir un souci dans 2 cas particuliers : le mot “or” et les lettres de l’alphabet utilisées comme pour “e commerce”.
Pour ces deux cas particuliers, utilisez juste un trait d’union : bague-or, e-commerce, le logiciel comprendra que vous voulez protéger ce qu’il aurait retiré sinon.

=> Astuce :
Vous vous êtes servi du mode intertitre, mais les résultats ne sont pas aux rendez-vous ? Même sans les stopwords, l’expression-clé de la page (déduite de ce que vous avez fourni pour calculer le metamot) comprend peut-être 3 ou 4 mots, voire davantage ?
 Dans ce cas-là, vous pouvez vous servir du mode “Rapide” en diminuant le nombre de mots de l’expression de départ pour trouver des idées.

=> MISE EN GARDE
Eurêka ne cherche pas dans les résultats des moteurs de recherche pour trouver les titres de pages existantes (contrairement à certains produits concurrents 😉 ).

Les sujets sont “imaginés” par le logiciel puis vérifiés quant à leur compréhension par Google. Il peut toutefois arriver qu’un sujet ait déjà été utilisé comme titre de page par un concurrent.
C’est rare, mais on ne peut pas l’exclure. Dans ce cas, reformulez-le un peu pour avoir un titre unique.

4) Conclusion

Quand vous soumettez une expression pour avoir des idées de la part d’Eurêka et une fois les stopwords retirés :
-> 1 mot (nom), souvent ce n’est pas assez **
-> 2 mots (noms) sont souvent l’idéal **
-> 3 mots (noms) ou +, vous aurez du mal à trouver beaucoup d’idées, les contraintes sont souvent trop fortes **

(**) Toutefois, souvent ne veut pas dire toujours 😉

Sinon, côté metamots, des choses arrivent aussi, semaine prochaine j’espère et c’est du lourd, au-delà de ce que j’ai bien voulu dire sur twitter…
 

Mots-clefs : , ,

Rétrolien depuis votre site.

Commentaires (14)

  • Avatar

    Benoit Mobibot

    |

    Bonjour,
    Avez-vous prévu de proposer ça sous forme de plugin wordpress ? Ça réduirait le temps nécessaire pour en tirer profit je trouve.

    Reply

    • Avatar

      Christian Méline

      |

      Bonjour,

      Nous avons plein de “choses” dans les cartons 😉

      Reply

    • Avatar

      redaction web

      |

      j’avoue que c’est pas mal comme idée si on pouvait avoir ceci sous forme de plugin wordpress.

      Reply

  • Avatar

    Jambu

    |

    Cela fait 8 mois que nous travaillons ensemble sur les versions préliminaires de Euréka et ce, pour un bon nombre de cocons sémantiques.

    Je peux attester de l’engagement impressionnant de Christian pour en faire un outil efficace, complet, souple…

    Le voici testé en production et déjà approuvé (je l’attendais en version officielle pour 2 cocons : un en français, un en anglais : ) !

    Bravo Christian, tu dois respirer maintenant.

    Reply

    • Avatar

      Christian Méline

      |

      Merci Stéphane 🙂
      Respirer, j’aimerai bien, mais il y a un truc énorme en finalisation sur les metamots en // (pas seulement les 34 langues supplémentaires)

      Reply

  • Avatar

    Antoine S

    |

    Très excitant ! Est-ce qu’utiliser les 3 mots, bien que tu sembles le déconseiller, permet de Mieux “driver” la machine que le 2 mots, ou de toutes façons le 2 mots aurait Quand même trouvé les sujets du 3 mots ?

    Reply

    • Avatar

      Christian Méline

      |

      Salut Antoine,

      C’est selon l’objectif.
      Si tu veux des sujets en quantité et que 2 mots suffisent à être 100% dans le champ, il faut se contenter de 2.
      Si tu dépasses, tu perds des possibilités. Parfois on n’a pas le choix, mais cela peut se payer sur la quantité de résultats.

      Si ton objectif est : “est-ce qu’il y a des sujets avec ces 3 mots-là ?” alors, la quantité importe peu, seule la présence de résultat importe.

      ++

      Reply

  • Avatar

    VISICREA

    |

    Ca me fait un peu penser à ce que propose SEMRUSH dans un de ses modules, mais en plus fin semble-t-il. Il va falloir creuser cette piste…

    Reply

    • Avatar

      Christian Méline

      |

      Nous avons essayé de faire beaucoup mieux que tout ce qui existe en tous les cas, notamment en intégrant une vérification syntaxique dans la mesure du possible…

      Reply

      • Avatar

        Clément SEO

        |

        En effet Christian, c’est un point très important pour ce genre d’outils.
        Meme ceux très connus qui sont proposés sur le marché US font de la bouillie de mot et d’expressions de base, pas forcément en lien avec la niche recherchée.
        Je vais tester l’outil, je n’y avais pas envore vraiment fait atention dans Cocon.se.
        Merci !

        Reply

        • Avatar

          Christian Méline

          |

          🙂

          Reply

  • Avatar

    David

    |

    Bonjour,
    Je suis assez perplexe sur ce que ça peut donner pour des niches, ou du référencement local ?

    Reply

    • Avatar

      Christian Méline

      |

      Pour les niches, souvent, les besoins sont moindres… donc ceci peut compenser cela.
      Sommes toutes, il y a toutes les indications sur l’outil en ligne (cocon.se) pour obtenir le meilleur du système 😉

      Reply

Laisser un commentaire